Avec Franck Vuksic, de la Yougoslavie à Frank Dux.

407108_10200491503084082_471510789_n

C’est au hasard de mes stages, que j’ai rencontré Franck Vuksic. Au fil du temps, Franck et moi sommes devenus très simplement de bons amis, et nous prenons toujours beaucoup de plaisir à nous retrouver sur Rouen, ou en son dojo de St Manvieu Norrey, à l’ouest de Caen, en Basse Normandie.

Si je vous dis que Franck est  un grand admirateur de Mare Seye, de Bruno Gonzales, ou encore d’Hélène Doué,  là, vous aurez   compris que son grand inspirateur ne peut être que l’immense Christian Tissier Shihan.  C’est grâce à  Franck d’ailleurs que j’ai pu rencontrer pour la première fois, lors d’un stage chez lui,  l’un des plus brillant élèves du cercle Tissier : Pascal Guillemin .

Pascal, 6e dan, pour moi, c’est un seigneur, un samouraï moderne, l’un des senseï qui m’impressionne le plus, et ce qui ne gâche rien, est d’une grande gentillesse. Mais Franck, lui,  le suit autant qu’il peut. Et ce, jusqu’à Belgrade, dans ces Balkans chers à son cœur, où j’espère un jour pouvoir l’accompagner pour qu’il me fasse découvrir cette si belle ville.

En exclusivité, Pascal Guillemin, que l’on félicite pour son 6e dan, tout comme Mare Seye et Bruno Gonzales, a eu la gentilesse de me parler un peu de son copain Franck :

« J’ai connu Franck il y a plus de 20 ans au cercle Tissier. Franck est ensuite parti sur Caen, mais on a gardé le contact, même succinctement, en particulier lors de stages ici où là. On s’est finalement complètement retrouvé à Athènes, il y a 4 ou 5 ans, lors d’un stage de Christian. Dans l’avion du retour, Franck m’a gentiment invité dans son dojo de St Manvieu-Norrey. Depuis j’y interviens deux fois par saison, pour lui, mais  aussi, pour son groupe. Il m’accompagne aussi en Serbie à Belgrade, et comme il parle la langue, il m’assiste tout naturellement.  Franck, c’est quelqu’un de fidèle, et de généreux, sur les tatamis comme dans la vie. Droit et fiable, c’est avant tout un passionné. Un passionné, mais objectif et cohérent dans sa pratique, comme dans son enseignement. »

10505310_10204050922619024_6277099157753975576_n

Félicitations aux trois nouveaux promus 6e dan: Mare Seye, Pascal Guillemin et Bruno Gonzales

J’aime  la bonne humeur de Franck, toujours souriant et prêt à rire, plein de générosité et de passion communicative, en particulier autour de l’enseigne

ment des petits, si primordial à mon sens. Ce soir-là, dans un petit resto chinois de la banlieue caennaise, Franck nous parle un peu de lui en toute simplicité, avec beaucoup de  sensibilité, de ses origines croates, de son parcours et de sa rencontre improbable avec… Frank Dux.

Frank Dux. Vous vous souvenez?  JC Vandamme dans Bloodsport !

Split en Croatie - Cathédrale - Vieille ville

Split en Croatie sur la côte adriatique

PAGT : Tu es donc d’origine Croate, Franck ?

Franck : Oui, de Bosnie Herzégovine, pour être précis, via mon papa. A l’époque, c’était encore la Yougoslavie, avant la guerre et l’éclatement en plusieurs états. J’ai toute ma famille du coté de mon père qui habite un village de Bosnie-Herzégovine, Ljubuski, sur la frontière croate,  où là-bas, tout le monde se dit …Croate .Du coup, je dis toujours aux gens que je vais en Croatie, mais en fait, c’est bien en Bosnie.  Mais je suis né en France, au Creusot en Bourgogne, on est loin des Balkans là ! Et j’ai surtout passé trente ans en région parisienne.

PAGT : Comment as-tu vécu le conflit en ex-Yougoslavie (qui fit 300 000 morts entre 1991-2001) ?1914675_1162256230564_6265434_n

La première fois que je suis parti en Yougoslavie, j’avais juste 4 mois, ensuite  mes parents m’y ont amené chaque année.  J’y ai mes racines, j’aime profondément ce pays. Pendant la guerre j’étais en France, c’était vraiment très dur de savoir tous mes cousins partis faire  la guerre. Surtout qu’au fond de moi-même, je n’acceptais pas ce conflit. Fort heureusement, dans ce conflit épouvantable,  je n’ai perdu personne de proche. Aujourd’hui je suis très heureux d’y retourner chaque année pour les vacances, et aussi, pour l’Aïkido, à Belgrade et Split. Et j’espère un jour, à Sarajevo…

PAGT : Tu pratiques aux Balkans ?

Franck : Oui, bien sûr. Par exemple, à Split sur la côte Croate. Difficile d’y trouver un club, mais j’en ai finalement trouvé un, lors d’un stage avec Stéphane Goffin (6e dan), ce qui m’a permis de prendre des contacts avec des locaux. Et comme je parle croate, cela aide pas mal. Maintenant, je laisse un keikogi sur place, au cas où. Il faut savoir que dans les Balkans, c’est un peu compliqué, en terme de structure, chacun fait sa sauce en suivant un tel ou un tel, et donc cela peut paraître un peu …confus. Je vais aussi parfois à Belgrade, avec Christian ou Pascal .Une ville extraordinaire, et, du fait de mon histoire, un voyage riche en émotion, avec le Danube, les chants tziganes et la joie immense de pratiquer  avec mes maitres,  dans ma langue d’origine,…chez moi.

Alors forcément avec mes souvenirs de gosses, tout ce que me racontait mon papa sur la Yougoslavie,  cela prend immanquablement une tournure émotionnelle particulière. Et puis quand tu voyages, tu le sais bien, tu fais des rencontres, comme cette fois à Belgrade où j’ai rencontré un pratiquant turque qui nous a invité ensuite… à Istanbul ! Et du coup l’aikido devient « presque » secondaire en permettant de vivre des moments incroyables. Si en plus on peut joindre le plaisir à l’agréable …Je crois vraiment que l’aikido ouvre l’esprit, ouvre au monde.

10687995_881010405266256_6171858587614012600_o

PAGT : Comment es-tu venu à l’aikido ?

Franck : J’ai commencé à 12 ans à Antony, chez un élève d’André Nocquet. Puis à Fontenay aux roses avec Christian Mouza et Josette Nickels, Enfin j’ai fait ma rencontre avec Christian Tissier Shihan lors d’un stage, j’étais  alors 1er kyu. Et puis Haye les roses et enfin Vincennes. J’ai passé mon premier dan, pour l’anecdote, la même année que Mare Seye qui est resté un ami (Aujourd’hui 6e dan et DTR FFAAA Ile de France).  J’ai aussi suivis l’école des cadres avec Bernard Palmier Shihan, sur Paris. J’ai pratiqué divers budo, notamment le karaté. J’ai naturellement beaucoup d’attachement pour le  club de Bagneux ou j’ai passé beaucoup de temps avec mon professeur  jean-claude Hervé. Il m’a fait passer mon 1er , 2e et 3ème dan.

1468613_10202054822366087_751647932_nPAGT : Ta ligne, aujourd’hui, c’est d’abord celle de  l’immense Christian Tissier…

Franck : Très clairement, oui. Je suis Christian depuis 10 ans, et ce, en faisant tous les stages à Vincennes en particulier. Je m’y retrouve complètement. J’aime se coté efficace, limpide dans sa pédagogie. Je ne dis pas que c’est facile, mais, c’est toujours très clair. Ce n’est pas que les autres ne m’intéressent pas, mais je n’ai pas assez de temps, donc je priorise vers ce qui m’apporte dans mon fonctionnement, et ce qui va me donner du travail en rentrant à mon dojo, d’une manière cohérente. Même si parfois, je vais faire un stage, un cours ici ou là, je tiens à garder mes priorités, ma ligne directrice. Christian, d’une année sur l’autre, propose un axe de travail différent. Des que tu crois que tu touches du doigt ce qu’il te montre, il monte d’un cran et cela te pousse vers le haut. Parfois, c’est peu de choses, le simple fait de l’avoir saisi, il te donne une sensation, et là, rien qu’avec cela, j’ai un bon mois de boulot derrière !

PAGT : Cela fais de la route quand même de Caen  jusqu’à Vincennes!

Franck : Oui,  ce n’est pas simple et j’aimerais pouvoir y aller plus souvent… Aux cours avec lui, et pas seulement aux stages, mais c’est vrai que c’est un peu loin de ma basse Normandie. Je pourrais aussi aller à la rencontre d’autres senseï, cela m’arrive,  cela ne me pose pas de soucis, mais Christian me donne déjà tellement de nourriture de ce côté-là que je n’ai pas ce besoin. Ceci dit j’ai fait des rencontres merveilleuses en dehors de Christian. A une époque, plus jeune, je faisais tous les stages que je pouvais, et là c’était des stages de 16h et pas 6 h comme de nos jours. Il faut dire que c’était différent,  l’offre était plus restreinte et tout allait très vite, alors pas question de venir 2 h et s’en aller. C’était impensable. Mais maintenant, j’ai moins de temps avec la famille et mon travail, alors donc je sélectionne.

408726_326759524099188_1870486920_n

Remise du 4e dan à franck, par Mare Seye, 6e dan et DTR IDF FFAAA.

PAGT : Tu as quelques souvenirs de tes débuts  à partager avec nous?

Franck : J’ai quelques souvenirs de Maitre Yamaguchi, mais j’étais vraiment trop jeune pour comprendre. A juste 18 ans, cela me dépassait complètement, j’étais juste shodan. Mais  je garde un souvenir de lui faisant du tricot avec les bras d’un haut gradés actuel (au physique costaud, si vous voyez …), qui n’en revenait pas… c’était magique.   Maitre Yamaguchi tout en fausse nonchalance, un magicien, la grande classe, un génie. Et puis Saotome sensei. Là si j’avais pu je l’aurais suivi au bout du monde, un sourire extraordinaire, une joie dans le travail.

10171722_547077395402846_5430788395314105347_n

Franck avec mon fils maxime

Je me souviens d’un stage où on bossait sur tsuki. Il passe dans mon dos pour prendre ma place face à mon partenaire et lui balance un tsuki. Le type s’envole quasiment. Je vais aider le mec à se relever en rigolant, en lui demandant si ça aller. Il me répond «Mince, j’ai cru qu’il m’avait transpercé !! ». Mais toujours plein d’humour, comme quand il nous disait : « Soit vous faites Ikkyo, soit vous faites la technique du crocodile », et là il mordait la main de son uke, dans l’hilarité générale. Et aux armes, …un monstre !

 PAGT : On sent vite chez toi un plaisir à partager, comme à enseigner, mais toujours dans la bonne humeur.

Franck : C’est terrible ces gens qui pratiquent et qui font une tête de six pieds de longs. Comme si avoir un facies froid et austère allait leur donner de la respectabilité. Je veux bien qu’on me cogne, à la rigueur, mais avec la banane svp! On n’est pas là pour se faire souffrir,  mais avoir du plaisir il me semble.  Plaisir à pratiquer, à échanger, à enseigner… Parce que, après tout, ce que je veux, moi, c’est être heureux. J’enseigne aussi à des jeunes en difficultés, une heure par semaine, et c’est le message que je leur donne. Je leur fait passer leur premier grade sur l’attitude, se tenir droit mais avec le sourire, écouter, saluer.Tout le monde peut le faire, c’est accessible. Après, bien sûr, on passe à la suite. Mais toujours pour que les gens soient heureux.

10416621_10203105231745665_7429695307435369578_n

Stage enfant avec Christian Mouza 6e dan et DTR FFAAA Corse à St Manvieu

PAGT : On arrive aux enfants alors…

Franck : En effet, c’est primordial. Même, si ils n’en font que deux ou trois ans, et qu’ils arrêtent, ils auront à minima, travaillé la rigueur, le respect etc… IIs en tireront des bénéfices, j’en suis convaincu. Mais, en ce qui me concerne, je ne pousse pas à la consommation, je ne fais pas la course aux licences. Ce que je veux c’est des enfants motivés. Alors je les laisse venir avec, trois, quatre, cinq cours d’essais si il le faut, mais, et je le dit bien aux parents, je ne les veux s’inscrire que parce qu’ils ont envie, il ne faut pas les forcer. Par contre, une fois inscrit, faudra peut-être les pousser de temps à autre, on n’est d’accord, mais il faut qu’ils viennent avec de l’envie.

10321092_547076972069555_1059803537850817367_o

franck et sa fille Marie

PAGT : Franck, c’est quoi ton histoire avec Frank DUX, dont la légende m’a bercé dans Bloodsport avec JC Vandamme ?4dd3931fc9eb5

Franck : J’étais un fan, comme je l’étais de Dominique Valera. Je suis allé le voir à Bercy en 1993, et je lui ai proposé de l’aider à tenir son stand de vente de photo et tee shirt. Il m’a trouvé sympas et il a dit ok ! C’est parti sur un  » coup de poker » et cela a fonctionné ! Je suis devenu  son représentant officiel en France ! En particulier, au POPB ( Palais omnisport de Bercy), où grâce à lui, j’ai travaillé à l’organisation, pendant 7 ans. Frank Dux, c’est quelqu’un de très mystérieux mais aussi et surtout, très impressionnant. Il était à l’époque toujours en train de faire évoluer son art, le Dux ryu ninjitsu. Basé sur des techniques de vie ou de mort. Cela a été très enrichissant comme expérience ! Il a développé un art martial très efficace, avec une recherche sur les angles. Très intéressant. Bon après, c’est un passage de ma vie, depuis je suis passé à autre chose. Mais travailler au POPB m’a permis de rencontrer de très hauts gradés des arts martiaux mondiaux, des grands personnages en Karaté, Shaolin, etc. Et aussi, faut être clair,… pas mal d’escrocs (rires). Par contre, ceux qui m’ont vraiment impressionné, ce sont les moines Shaolin, surtout les jeunes. Pour les avoir vu en coulisses, aux répétitions, ce sont réellement des athlètes extraordinaires.

PAGT : Tu as pratiqué avec Dux?

Franck : Oui un peu, il est même venu à mon dojo !

PAGT : Et donc Bloodsport, c’est de la fiction ou pas ?

11081689_10205220607468736_1577815965_n

Franck et Frank

Franck : Franck a beaucoup aimé le film, même si il y a un peu de roman dedans. Ceci dit, le déroulé de l’histoire est assez fidèle à ce qu’en a raconté Dux. Le kumité a vraiment eu lieu (en Novembre 1975, aux Bahamas), et c’était très violent, comme le coup du talc dans les yeux par exemple. Tous les coups étaient autorisés, et c’est simple, il n’y avait pas de règles. Le kumité avait lieu clandestinement chaque année. Dux (un ancien des forces spéciales), a été le premier américain à le remporter. Et puis il  a eu ces démêlés  stupides avec les agents de JC Van Damme, suite au film The Quest, querelles de droits d’auteurs. Mais j’ai vu Frank Dux  faire des choses proprement hallucinantes. Comme exploser une vitre blindé à coup de poings… On a dit que c’était truqué. Je te garantis que non. Même si, c’est vrai, il s’y ai pris par deux fois, c’était une vraie vitre blindée. Mais le pire, ça a été la bouteille de jack Daniels…Ca, je ne me l’explique toujours pas. Il a réussi à l’exploser avec la paume de la main en frappant de haut en bas. En miettes… Là, on peut me raconter ce qu’on veut sur lui, moi, j’étais présent et je l’ai bien vu. Il avait une énergie inouïe. On est toujours ami, on se téléphone, même si il vit aux USA. Il aimerait venir en France pour un show ou un stage, mais organiser tout cela, trouver des sponsors, … je n’ai plus le temps…

Et il y a un temps pour tout. Aujourd’hui, ce temps est pour ma famille, et pour l’aikido !

PAGT : Merci Franck ! Comme je sais que tu es un ami de Mare Seye (6e dan et DTR IDF FFAAA), je lui ai demandé un petit mot pour toi :

10603821_10204309012559433_724959977539967810_o

stage avec Mare Seye à St Manvieu Norrey novembre 2014

Mare SEYE : « Franck et moi nous sommes vraiment découverts durant les 7 ou 8 ans où j’ai été DTR de Basse – Normandie. Nous partagions beaucoup de points de vue sur notre discipline, et, au fil du temps, sommes devenus amis. C’est un aïkidoka curieux et exigeant, sincère et entier, doublé d’un pédagogue passionné et toujours en recherche. »

PAGT : Merci Mare . Alors, si vous croisez Franck sur un tatami lors d’un stage, passez lui le bonjour de ma part, et allez à sa rencontre, vous serez conquis ;)

1610006_503590876418165_317423800_n 10927830_10205133878460565_1072345901391982242_o

 

Karibagwerihonane |
Golafootballblog |
Mhbc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | How you can improve your we...
| Methods to raise your web s...
| private Krankenversicherung...