Archive pour février, 2014

Budokas entre ombre et lumière.

3443284_3_a910_une-scene-du-film-japonais-d-akira-kurosawa_b2e0cd8bfde0dd77365d381e93e4b9ba

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n’avais encore jamais  assisté à ce fameux festival des arts martiaux de Bercy. Cette année, l’occasion se présentait bien avec mon fils de 13 ans et deux amis. Je ne m’attendais pas à de grandes surprises, juste à un spectacle haut en couleur, comme j’aime à en voir …chez Gruss. Des acrobaties chinoises, des jongleurs de nunchakus, des coupes de sabres et de la casse de brique pour le spectaculaire. Peut-être même un trampoline et des clowns ! De quoi applaudir sous le chapiteau, mais avec en plus, quand même,… la découverte de pratiques martiales venues des quatre coins du monde, en espérant une belle démo d’aïkido, peut-être des kendokas tout hurlement dehors, et de jolies chorégraphies wushu.

guillemin

Loin de vouloir paraitre ironique ou de bouder mon plaisir, je ne fus pas déçu par ce show magnifique, il faut le dire. Le spectacle fut à la hauteur de mes attentes, et j’ai beaucoup applaudis des deux mains. Un peu déçu quand même, car ni Kendo ni iaido,  mais une démo splendide de Leo Tamaki et ses élèves (bon, on prêche un convaincu ici), de superbes kata Kashima ryu par Pascal  et Bruno, de très belles démo taekwondo et kyokushin, ou les enfants furent à l’honneur. Et ça, ça m’a fait très plaisir, que l’on mette cette très jeune génération en avant, et pas seulement les grands experts de ces diciplines. Et ils furent vraiment impressionnants, très impressionnants, avec beaucoup de fraicheur et d’enthousiasme. 3 heures de trés beau spectacle donc.

 

Il y en a eu d’autres qui m’ont impressionné ce soir-là. Plus qu’impressionné : bouleversé… Je ne parlerais pas de ces démonstrations festival-arts-martiaux-2014d’ « efficacité martiale », à grand coup de pied dans l’entre jambe et de doigts dans les yeux. Même au MMA, des règles ont étés mises en place et certains coups sont interdits.  Bien sur,  en Iaido, kenjutsu et autres arts de la lame, on tranche, on eviscere, on décapite, c’est vrai. C’est pour cela que le reishiki existe. La vraie victoire n’est-elle pas de ne pas sortir sa lame? De plus, à part quelques psychos, personne ne se ballade avec un katana. Ici,  on a même eu droit à des coups de feu ! Chacun a droit à sa place, pour s’exprimer, c’est la loi de la diversité, et c’est sain. Mais que dire de ces  sports de self défense où l’on apprend à tuer, à détruire, et peut être ce qui est pire, donner l’illusion que l’on pourrait apprendre à se défendre contre une arme à feu. Comme le dit une prof de mes amis » Si tu veux faire un budo juste pour apprendre à te défendre, commence par apprendre à courir ! ». Car pour vraiment faire face à un couteau dans la rue, avec plusieurs adversaires vicelards, avec le stress et la peur, il va falloir déjà  un peu plus que quelques cours de self defense…

Alors je m’interroge sur  le sens du mot Budo ou celui « d’ART martial ». Faut-il mieux apprendre à vaincre, ou apprendre à ne pas être vaincu ? Comment peut-on supposer gagner un combat, en ôtant toute dignité à son adversaire ? Est-ce là un modèle pour la jeune génération. On m’a expliqué il y a peu, que l’objectif de l’aïkido, mais cela vaut aussi pour les autres budo à mon avis, est d’œuvrer à la construction d’une société meilleure, ou du moins son amélioration. Bu DO, la voie du guerrier. Celui qui détruit, qui fait couler le sang ? Ou celui qui protège, qui veille sur ses proches,  qui rassure et fait face ?

home-no-differenceLa réponse est venu pour moi avec les pratiquants du combat libre «  No difference ». Et quelle leçon ! Claudio Alessi, est venu avec ses élèves, tous handicapés, plus ou moins lourds. Autiste, Trisomique, para et hémiplégique, aveugle. Ce à quoi nous avons assisté ce soir était simplement prodigieux. Avec leurs « faibles moyens », mais avec un courage et une détermination extraordinaire, Julien, Alex, Anthony, Simon, et Colin  nous ont offert une démonstration de karaté, jujitsu  et de nunchaku, d’une intensité inouïe. Loin ici les exploits barnumesque des experts Xème dan en nunchaku, bâton et autres machine outils, (même si ils étaient très bien, quand même, il faut leur rendre grâce!). Ce qu’ils nous ont offert ce soir-là, fut la plus belle démo de budo à laquelle j’ai pu assister. Courage, persévérance, détermination et encore du courage pour se produire ainsi à Bercy devant une foule venue voir les champions du MMA !  Démo accompagnée par une magnifique chanson, « Sakuranbo » entonnée merveilleusement par Kimka, paraplégique, qui n’a que sa voix pour arme. Mais la foule ne s’est pas trompée. Le public est debout, applaudit à tout rompre, les gens sont en larmes. Moi-même, l’émotion me submerge devant tant de pugnacité. Et quel mérite pour cet enseignant, Claudio Alessi. Dire qu’il est expert en Karaté Kyokushinkai, art décrié parfois pour sa soit disant violence. Mais là on a vu, de mon point de vue, un vrai BUDOKA. De vrais budokas. Alors peut-être n’y a-t-il pas de mauvais élèves, ni de mauvais budo, mais peut ,être juste  de mauvais professeurs ?

Cela ma rapellé un souvenir quand j’etais ado. je m’essayais alors au shotokan, et il y avait ce monsieur , en ceinture blanche et keikogi mal ajusté. Il venait tout les jeudis avec son fils hemiplegique de 17 ans. Il le faisait marcher, sur des semblants de katas. tout les jeudis soir,sans relache ni lassitude, dans un coin de tatami, tout seul avec son fils…le prof aurait du leur remettre une ceinture noire.

 

Finalement, cette 29e nuit des arts martiaux était une complète réussite.

PS : j’ai recu il y a peu cette image sur facebook. Une des plus belles que j’ai vu…

1016567_259173354249164_351395666_n

Pour moi, c’est cela le Budo, et pas enfoncer ses doigts dans les yeux de son partenaire. Courage, respect, humilité. Osu!

 

De Kishinkai a Murashige, y de Valencia a Bruselas

ob_c2c7607f576a3c588db60e142364bc86_shoshin

Hace algunos tiempos, esteba en el Dojo de Leo tamaki, en París. Discutiendo con Leo, lo dijo que debo ir pronto a Valencia. Coincidencia genial, una de sus más antiguo alumnos, Julien Coup, que enseña en Kishinkan Argenteuil, hará un período de prácticas este fin de semana allí. Poco después, pude encontrarle por fin a Julien, y apreciar su trabajo, en el momento de un período de prácticas a Herblay en casa de Issei Tamaki. Entonces fui conquistado, y decidía entonces modificar un poco mi viaje para poder asistir al período de prácticas Kishinkan en casa de Ivan Garcia en Valencia.ob_5d7e3085dbc8546cb36a2095aa243992_dsc-4612

1662196_488554504588469_1730456479_nAdemás del placer de descubrir la ciudad por muy hermosa y española, pude así tener el placer y el honor de trabajar con juliano, Ivan Garcia, y sus alumnos. Esto todo de allí había sido punzado una semana formidable, con un trabajo de aikido fiel al de Leo.

Relajamiento, sinceridad en los ataques, el armado trabajo inspirado por Kuroda sensei, de bellos descubrimientos. Pero Para mí, más importando, descubrir a gente generosa, humilde y solar. Kishinkai, trabajo en la alegría, la escuela de Leo es para mí una fuente de inspiración formidable, aunque comprende que todo el mundo no se encuentre allí.
Pero personalmente, este aikido de la benevolencia resuena en mí maravillosamente. Cita pues es tomada en mayo en Kishintaikai, acontecimiento internacional que será excepcional, con todo el eleves de Leo, del 26 al 30 de mayo en Creps de chatenay Malabry. Confío allí encontrado(recobrado) mis nuevos amigo Ivan y Miguel Silva, medio hombre gato medio, un corazón sobre pata  » un Coeur sur patte » que verdaderamente me marcó. Un encuentro con Miguel es forzamiento inolvidable.

 

Kishintaikai-2014Apenas desembarcado a Charles de Gaulle, voy a Eaubonne cerca de Pontoise, para otro período de prácticas excepcional, con un sensei de excepción, Michel Vanhomwegen. Este período de prácticas, lo esperaba desde hace tiempo, visto que debía encontrar allí a numerosos amigos del neto, entre los que estaban Loïc Trehin, profesor Takeda Kyu, entre otras cosas budo. Este período de prácticas era formidable a varios niveles.

Primero, para Michel Vanhomwegen. ¡ Michel, es 50 años de budo! 7o dan Aikido, pero tan suboficial kendo, karate, judo, kobudo … Lo había encontrado el año pasado en su dojo de Coxyde en Bélgica, y esto me había marcado mucho, tanto por la extensión inmensa de su saber, pero más todavía por la gentileza y la humildad del personaje. Michel es un profesor complétement atípico. Su escuela, sigue la enseñanza de Aritomo Murashige. Uno de los primeros alumnos de O sensei en 1931. Éste fue enviado a Bélgica para difundir la palabra del fundador, por la invitación de Jorge Oshawa en 1960. Es por su alumno, André Jean que Michel Vanhomwegen pudo recibir esta enseñanza que nos transmite a su vuelta hoy. Haciendo partido de estos profesores fuera de circuitos federales o institucionales, puedo sólo usted invita a venir para descubrirle su práctica en el momento de un período de prácticas a Coxyde, Eaubonne, Puteaux, Hannover o en sonido nuevo dojo en Francia tiene Arneke (59). 1545047_491621060948480_956557037_n

Este período de prácticas fue luego formidable para la acogida de Jean Michel Arduin y sus alumnos de Eaubonne. Jean Michel ofreció tiene su invitado en esta ocasión, uno de sus obras, un cuadro(tablero) magnífico origami escudo de armas de Murashige ryu.

Al final de tarde, dos de los alumnos de Jean Michel nos ofrecerán una soberbia demo de aiki muy dinámico. Encuentro esto verdaderamente muy generoso por parte de un profesor de permitir, no a antiguos rodados, pero a sus alumnos 1r kyu de poder expresarse delante de sus invitados, lo que nos permitió ver la excelencia de su trabajo de profesor, como sus dos alumnos. Para acabar, un demonstration de Katas Iaido perfectamente sincronizado por Jean Michel y por Loic Trehin. Fue un placer inmenso de poder encontrar a Loïc live, desde el tiempo que lo bordeo sobre la tela. Loïc es para mí, un ejemplo de budoka. Descompresor de 7 shodans, profesor Takeda Ryu y Nihon tai jutsu, vino con varios de sus alumnos y amigos para compartir en toda sencillez. La apertura en su casa, no es una palabra simple. Y su saber de la historia de Japón y del budos es excepcional. Prometiendo Loïc, pasaría en tu dojo de Nesles el valle (95). ¡

1076954_491884930922093_1887242209_o

Más bellos reencuentros con todos mis amigos budo, Feliciano de Calais, vaqueros François de Puteaux, o inenarrable Fabien, alumno de Issei tamaki, qué nos hará desternillarse de risa en el momento de la pausa foto con su  » Atención, el pequeño sensei va a salir! « . De la felicidad, sólo de la felicidad. Períodos de prácticas como esto, lo hago totalmente las semanas. Gracias a los amigos. Etapa próxima: ¡ Bruselas dentro de 8 días! ¡ Stéphane, prepara la freidora pone el cervezas en el gasto: vengo!

Du kishinkai au Murashige, et de l’Espagne à la Belgique!

ob_c2c7607f576a3c588db60e142364bc86_shoshin

Il y a quelques temps, j’étais au Dojo de Leo tamaki, à Paris. En discutant avec Leo, je lui apprends que je dois me rendre bientôt à Valencia. Coïncidence géniale, L’un de ses plus ancien élèves, Julien Coup, qui enseigne au Kishinkan Argenteuil, fera un stage ce week end là. Peu après, j’ai pu enfin rencontrer Julien, et apprécier son travail, lors d’un stage à Herblay chez Issei Tamaki. Je fus alors conquis, et je décidais alors de modifier un peu mon voyage pour pouvoir assister au stage Kishinkan chez Ivan Garcia à Valencia.ob_5d7e3085dbc8546cb36a2095aa243992_dsc-4612

1662196_488554504588469_1730456479_nOutre le plaisir de découvrir la si jolie ville espagnole, je pus ainsi avoir le plaisir et l’honneur de travailler avec julien, Ivan Garcia, et ses élèves. Ce fut en tout point une semaine formidable, avec un travail d’aïkido fidèle à celui de Leo. Relâchement, sincérité dans les attaques, travail d’arme inspiré par Kuroda sensei, de belles découvertes. Mais Pour moi, le plus important, découvrir des gens généreux, humbles et solaires. Kishinkai, travail dans la joie, l’école de Leo est pour moi une source d’inspiration formidable, même si comprends que tout le monde ne s’y retrouve pas. Mais personnellement, cet aïkido de la bienveillance résonne en moi merveilleusement.

Rendez-vous est donc pris en mai au Kishintaikai, événement international qui sera exceptionnel, avec tous les eleves de Leo, du 26 au 30 mai au Creps de chatenay Malabry. J’espère y retrouvé mes nouveaux amis Ivan et Miguel Silva, mi-homme mi- chat, un cœur sur patte qui m’a vraiment marqué. Une rencontre avec Miguel est forcement inoubliable.

 

 

Kishintaikai-2014A peine débarqué à Charles de Gaule, je me rends à Eaubonne près de Pontoise, pour un autre stage exceptionnel, avec un sensei d’exception, Michel Vanhomwegen. Ce stage, je l’attendais depuis longtemps, vu que je devais y rencontrer de nombreux amis du net,dont Loïc Trehin, enseignant Takeda Kyu, entre autre budo. Ce stage etait formidable à plusieurs niveaux.

D’abord, pour Michel Vanhomwegen. Michel, c’est 50 ans de budo ! 7e dan Aikido, mais aussi   gradé en kendo, karate, judo, kobudo …Je l’avais rencontré l’année dernière à son dojo de coxyde en Belgique, et cela m’avait beaucoup marqué, tant par l’étendue immense de son savoir, mais plus encore par la gentillesse et l’humilité du personnage. Michel est un enseignant complétement atypique. Son école, suit l’enseignement d’Aritomo Murashige, L’un des tout premiers élèves de O sensei en 1931. Celui-ci fut envoyé en Belgique pour diffuser la parole du fondateur, par l’invitation de George Oshawa en 1960. C’est par son élève, André Jean que Michel Vanhomwegen a pu recevoir cet enseignement qu’il nous transmet à son tour aujourd’hui. Faisant parti de ces enseignants hors circuits fédéral ou institutionnel, je ne peux que vous invitez à venir découvrir sa pratique lors d’un stage à Coxyde, Eaubonne, Puteaux, Hanovre ou dans son nouveau dojo en France a Arneke (59).1545047_491621060948480_956557037_n

Ce stage fut ensuite formidable pour l’accueil de Jean Michel Arduin et ses élèves d’Eaubonne. Jean Michel a offert  a son invité en cette occasion, une de ses œuvres, un magnifique tableau origami des armoiries du Murashige ryu. En fin de soirée, deux des élèves de Jean Michel nous offriront une superbe demo d’aiki très dynamique. Je trouve cela vraiment très généreux de la part d’un enseignant de permettre, non à des anciens rodés, mais à ses élèves 1er kyu de pouvoir s’exprimer devant ses invités, ce qui nous permit de voir l’excellence de son travail d’enseignant, comme de ses deux élèves.

Pour finir, une demonstration de Katas Iaido parfaitement synchronisé de Jean Michel et de Loic Trehin. Ce fut un plaisir immense de pouvoir rencontrer Loïc en live, depuis le temps que je le côtoie sur la toile. Loïc est pour moi, un exemple de budoka. Détendeur de 7 shodans, enseignant Takeda ryu et Nihon tai jutsu, il est venu avec plusieurs de ses élèves et amis partager en toute simplicité. L’ouverture chez lui, ce n’est pas un simple mot. Et son savoir de l’histoire du japon et des budos est exceptionnel. Promis Loïc, je passerais à ton dojo de Nesles la vallée (95).1076954_491884930922093_1887242209_o

Plus de belles retrouvailles avec tous mes copains budo, Félicien de Calais, jean François de Puteaux, ou l’inénarrable Fabien, élève d’Issei tamaki, qui nous fera se bidonner lors de la pause photo avec son « Attention, le petit sensei va sortir ! ». Du bonheur, rien que du bonheur. Des stages comme cela, j’en fais toute les semaines. Merci aux copains. Prochaine étape : Bruxelles dans 8 jours ! Stéphane fait chaufer la friteuse, met les bieres au frais :me voilà !!

Karibagwerihonane |
Golafootballblog |
Mhbc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | How you can improve your we...
| Methods to raise your web s...
| private Krankenversicherung...