Première rencontre avec Leo Tamaki et ses élèves.

leo-tamaki-albi-6

De passage sur la capitale pour un soir, j’avais décidé en premiere approche de me reposer tranquillement à l’hôtel,  vu que j’avais enquillé une série de stage/soirées aïkido/ karaté kyokushinkai et que la fatigue commençait à se faire  vraiment ressentir. Mais voilà, c’est plus fort que moi, et l’opportunité de pouvoir enfin rencontrer Leo Tamaki ne pouvait se manquer. Depuis le temps que j’attendais cela, je me suis fait (un peu) souffrance.

Je ne connaissais Leo que par Internet, et la revue Dragon. J’avais souvent entendu dire que son style, son approche était très différente de ce que l’on rencontre de manière plus académique dans l’aïkido fédéral. J’avais aussi été très intrigué de ce que j’avais pu lire ou voir sur Hino sensei, Akuzawa sensei, Kuroda sensei ou Kono Sensei, avec un travail qui me semblait tout à la fois passionnant et mystérieux. Leo, élève de maitre Tamura, suivait ces « étranges » maitres japonais, et j’avais hâte de découvrir cet univers.kono_sensei_by_heleneRasse-11

hinosenseismiles221J’avais aussi entendu dire que le travail de Leo était parfois déconcertant, voir perturbant. Même que Leo serait surtout un personnage jouant sur son image et son charisme…Ah bon? Autant voir par soi même. J’avais eu l’occasion de rencontrer Farouk Benouali et Issei Tamaki lors d’un stage il y a  peu, et l’approche qu’ils m’avaient alors proposés m’avait complétement séduit. Au cours du déjeuner suivant le stage, je m’étais étonné à Issei que durant le cours on n’avait pour ainsi dire, pas fait de technique, ce qui l’avait fait rire.  Farouk me répondit  alors que pourtant, on n’avait fait quasiment que ça ! Alors je voulais vraiment aller un peu plus loin et rencontrer Leo des que l’occasion se présenterait. Chose faite hier soir au dojo du Boulevard des Batignolles dans le 17e.

Arrivé sur place pour 19h30, je me trouve devant l’entrée mythique du dojo de Maitre Noro.  J’ai une pensée pour lui à ce moment-là, moi qui suis passé plusieurs fois par la, en me promettant de  rencontrer l’illustre grand homme, et malheureusement, cela restera à jamais un rendez-vous manqué…

Korindo Dojo

Le dojo est simplement, réellement, magnifique. D’emblée, on voit qu’on n’est pas n’importe où. A l’entrée, dans son célèbre hakama blanc, Leo est assis sur une chaise près du dojo. Comme je suis de nature timide, et en plus impressionné par le personnage comme par  le lieu, je me présente discrètement  comme patrice, de passage sur Paris. Leo m’invite en souriant à rejoindre le vestiaire, avec une moue amusée me semblant dire « Mais, il n’y a pas de problème, bienvenu».

Une fois vêtu, je rejoins les épais tatamis blanc crème, en seiza face au sensei, qui nous invite à un peu de méditation pour se mettre dans le bain. Je suis comme un môme a Disneyland, je dois l’avouer, et je passe cette minute à regarder autour de moi, émerveillé. Le Dojo est sublime, immaculé, avec quelques plantes vertes.je me sens parfaitement bien et serein, déjà content d’être là, avec en plus quelques visages connu comme Alex ou Marie. Vraiment je suis ravi de pouvoir faire enfin leur connaissance. Quoi qu’il arrive maintenant, ma soirée est gagnante.

Leo invite mon voisin, Germain, à me guider lors des exercices. En effet, ce ne sont pas les »échauffements classiques ». Mais il se trouve que  j’ai eu l’occasion de m’y initier avec Issei dernièrement. Travail de respiration, souplesse,  les fameux ukemis en partant à plat ventre en sollicitant les muscles profonds. Puis en partant couché sur le dos, ramener les jambes en douceur, basculer sur une épaule et glisser sur le ventre…Pas si simple, mais cela vient.

Puis après ces exercices, suivent ceux de sensation, d’éveil  à l’attaque. D’abord en seiza, les yeux fermés, tori avance lentement vers uke sur une attaque sincère mais lente. Il faut arriver à sentir l’attaque au plus tôt et bougé dans le sens de l’action pour accompagner tori. Petit à petit on en vient à réagir avant même que tori vienne au contact. Leo m’explique que ce travail vient avec le temps , mais assez rapidement en fait. Il faut bouger, parfois on se trompe mais tori sera là pour nous corriger. Idem  ensuite debout, et jusqu’ a la chute éventuelle. J’ai cru à un moment sentir comme un picotement juste avant le contact, à moins que cela ne soit que ma sueur…

Ensuite Leo nous montre sur une attaque shomen, comment rentrer en surprenant tori, en lui donnant l’illusion que l’attaque est sur son bras d’action, et  que l’on recule en absorbant, alors qu’en fait, on est en train d’avancer sur lui. On travaillera la dessus par exemple sur naname kokyu nage, aiki otoshi, et koshi nage. Leo : «  Dans un combat de boxe, les gars sont quand même plutôt habitué à prendre des coups. Le coup qui sèche l’adversaire, ce n’est pas le coup qui serait un peu plus fort, ou mieux placé, mais c’est le coup que l’autre n’a pas vu venir ».

On travaille sans force aucune ici. Pour Leo, on doit être comme un enfant face à un pilier de rugby, où vouloir se servir de sa force, bloquer serait totalement vain. L’exemple qu’il me donne est criant sur Aiki Otoshi. Une fois placé pour prendre les genoux d’Uke, J’arrive sans trop de peine à balancer mon partenaire, william, de  de 20 kg de moins que moi, mais …avec mes biceps. Pour lui c’est une autre affaire, vu ma masse… Leo arrive alors et nous explique qu’il a, lui même, peu de chance d’arriver à me soulever du sol (j’en doute…). Je l’attaque sincèrement, et … je m’envole les pieds en avant. Ce qui est le plus troublant, c’est que je n’ai senti aucune force de la part de Leo, stupéfiant. Si on part avec l’idée que l’autre est lourd, on se place une contrainte dans la tête, et on va se durcir pour jouer en force, et donc ne pas bouger uke. Il faudrait « balancer uke » comme on jette un sceau d’eau, relâché, sans force. Mouais, il y a du boulot encore alors…

J’en profite pour travailler avec Alexandre  Grzeg dont je suis «  les exploits «  sur son blog.  Alex sous ses allures félines, presque frêle,  exhalant une certaine placidité bienveillante, quasi  nonchalante, est « très » impressionnant. On sent chez lui beaucoup de douceur, de gentillesse, mais aussi une forte capacité de détermination. Il est encore très jeune, et je ne peux qu’imaginer le niveau qu’il aura dans 10 ou 20 ans. J’ai hâte de le suivre lors d’un de ces stage qu’il anime depuis peu, parce qu’on réalise  vite chez lui le pédagogue d’excellence qu’il doit être.

5113

La truculente Marie Apostolof est là aussi. Petit bout de femme, blondinette frêle, pleine de gouaille ironique, mais mieux vaut ne  pas s’y fier. Pour l’avoir vu avec Leo, elle a vraiment du métier, et j’espère qu’à notre prochaine rencontre elle me fera des koshi comme promis ;-)).

Au bout du compte, Je ne suis pas surpris de ce que j’ai vu, juste conforté dans ce que j’espérais voir, ou entrevoir. Primo,  Leo n’est pas un gourou, loin s’en faut. Il est souriant, avec cette moue amusée, qui lui donne l’impression de s’excuser. On dirait, et qu’il pardonne  ma franchise, un enfant qui fait des blagues, et qui rit dans sa moustache. On sent qu’il prend un grand plaisir à être la, voir qu’il s’amuse. J’ai vu un homme ouvert, souriant, simple et qui donne envie d’aller découvrir  ce monde dont il nous ouvre les portes. Certes, ce n’est pas de l’aïkido académique, fédéral, en tout cas l’approche est différente, mais pour moi, aucun doute possible, on est bien dans l’aïkido, et même plus, dans l’aïkido qui me plait, celui qui parle à ma sensibilité. Un aikido réaliste qui plus est, très martial. Fin du cours, salut, leo se lève pour sortir. Tout le monde attend sagement en seiza qu’il sorte du tatami. Leo baisse la tete, géné et amusé, nous faisant signe de se lever, semblant dire « arretez vos conneries, c’est génant ! ».

En partant, je lui apprends que je serais à Valencia en Espagne  fin janvier. Leo, m’annonce alors qu’un de ses élèves Julien Coup, devrait diriger un stage  le week end précédent mon séjour ! Parfois la vie fait bien les choses. Ou serait-ce un signe de la direction à prendre ?

Alors, à bientôt les amis !

 hino---paris

Calendrier-Le-o-Tamaki-2013-14

 

Karibagwerihonane |
Golafootballblog |
Mhbc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | How you can improve your we...
| Methods to raise your web s...
| private Krankenversicherung...