Archive pour 3 octobre, 2013

Comment j’ai rencontré Raymond Carter, à Abidjan.

dsc06202

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Octobre 2010

J’ai  eu l’occasion par deux fois de passer  une dizaine de jours en Cote d ‘Ivoire. D’Abidjan, à Zenouala, en passant par Yamassoukro. C’est vraiment un pays merveilleux, ou les gens   magnifiques ont tant à donner, mais ou la politique, la corruption, la France Afrique, ont mis le pays dans une chienlit sans fin. Dommage pour un pays, qui pourrait etre l’un des plus beau du monde, avec ses plages sans fin comme à Bassam, des fruits gorgés de miel, des poissons comme je n’ai jamais mangé, des paysages incroyables et des gens au coeur sur la main.

J’ai ainsi eu l’opportunité de pratiquer dans deux clubs d’Abidjan. Les gens étaient de très bon niveau,avec des professeurs français comme mentors mais aussi des senseis Africains très intéressants. Ce qu’il faut imaginer d’abord, c’est la… chaleur. Une chape de plomb,une humidité effrayante, dans des structures loin de nos standards français.

Comment j’ai rencontré Raymond Carter, à Abidjan. dans mes dojos dsc06169-150x150

 

 

 

 

Le premier cours (à Marcory ?) était dirigé par un professeur français 2 dan je crois, mais son niveau était bien au-delà. Il avait son 2edan depuis des années et passer ses grades lui mportait peu. En se changeant au bord du « tatami », je lui demandais combien de temps durait le cours. En fait avec la chaleur, j’étais déjà anéantis avant de commencer… il me répondit 1 heure max. Voyant mon étonnement, il rit en me disant » tu verras, c’est très suffisant ;) «

318618_103617736415483_1332080554_n-300x225 dans mes dojosTu m’étonnes. Le truc, c’est qu’avec une chaleur pareille, tu apprends vite à travailler efficace, sans excès de mouvements, et surtout,sans force !

Deux jours après j’étais au club de l’université, invité par Jean Maurice Ouattara, un prof ivoirien, et un aïkidoka français, Loic, qui depuis est revenu sur Paris, chez Toshiro Suga Shihan, je crois.

Au petit matin, dans un dojo, ouvert, 32 ou 35 °C,  l’enfer. En seiza, une dame d’origine asiatique en hakama, me murmure, « tu as de la chance, aujourd’hui on a la visite de Carter sensei ». Qui ça ?  En effet j’ai droit à un cours de haut vol, digne d’un stage, un travail souple, sans bras, mais je suis vite trempé comme une soupe. En regardant un de mes partenaires, local et donc noir, je m’amuse à le voir transpirer comme un bœuf. «  Faut pas croire, pour nous aussi, c’est très très dur ». Je ne sais pas si ça doit me rassurer…

Raymond Carter fera une des plus brillantes démos de Kokyu Ho que j’ai vu. Il choisit un jeune ivoirien, en pyjama, d’au moins 120 kg, aux bras comme mes cuisses. Il lui demande «  saisis mes poignets et renverse moi » Et là le spectacle commence. Le pauvre gars remue sur place, force comme un âne, transpire de plus belle. « Raymond bouge à peine, et se
permet d’ajouter, «  en plus, je peux même rire et discuter avec vous, pendant qu’il s’énerve ! » L’assistance est aux anges. « Bon, mais on ne va pas passer la nuit la dessus ».
Raymond d’un mouvement leste et précis, renverse d’un coup le pauvre garçon qui tombe comme une masse avec fracas. La démonstration est faite.

312131_103618313082092_541189193_n1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je garde un souvenir  ému de mes séjours en Côte d’ivoire, pour y avoir pratiquer l’aïkido, celui que j’aime en plus, mais aussi pour les gens adorables que j’ai côtoyer, les milles choses  que j’y ai vu, gouté,  des rencontres réellement extraordinaires .

Il m’en reste…

une expérience humaine forte et impérissable.

carter2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus tard, j’ai cherché qui était Raymond carter. Il a débuté  l’aïkido en 69. 5e dan aïkido, il a aussi de nombreux dans en judo, karaté, pratique le jujitsu, le kobudo, le krav maga.. Il est surtout l’un des  meilleurs experts mondial du combat au couteau. Militaire de métier, il habite toujours en Côte d’ivoire. dsc06200

 

 

 

 

 

Philipp Chekler, L’aikiartiste. Aikidoclub parisien Paris XIV

Philipp Chekler, L’Aikiartiste.

Philipp Chekler, L'aikiartiste. Aikidoclub parisien Paris XIV dans mes dojos roidexperience_18471_philipp_chekler3-252x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai rencontré Philipp un après-midi lors d’un stage à son club dans le 14e. Philipp aujourd’hui 4e dan aïkido, fut un élève de Louis Cleriot, et enseigne dans divers clubs parisiens (dont celui du sénat !)

Ce fut une belle rencontre. D’abord parce que c’est vraiment vraiment un super prof, hyper pédagogue, agréable, dont le cours  m’a beaucoup éclairé,  même si j’ai perdu 2 litres d’eau. Un homme souriant, genereux et plein de sensibilité, attachant même. Il m’a pas mal  rassuré sur mes angoisses de débutant :

- « Quand j’ai commencé l’aiki, j’ai voulu au moins arrêté dix fois dans les moments de doutes, jusqu’à je comprenne que c’est dans le doute qu’on avance le mieux et c’est dans les moments où tu ne crois plus rien comprendre, que tout se met en place »

Son discours lui, est clair et je le garde dans mon carnet d’adresse précieusement des que je retourne sur Montparnasse (gymnase des colonnes 22 rue guilleminot 75014 paris, métro Pernet).

pc1-300x200 dans mes dojos

On a pas mal bavardé après cours sur le fait d’avoir des attaques sincères (ce qui manque souvent), du travail des entrées et du dur métier d’UKE.

A noté que Philipp fait cours le mardi et le vendredi de 12 à 13h30, pas mal si vous passer par paris !

Mais en plus c’est un artiste émérite. Je vous conseille sa page passionante !
http://www.artmajeur.com/fr/artist/roidexperience

La page de son club : http://www.aikidoclubparisien.org/

Une autre superbe parge de l’artiste: http://www.philippchekler.com/

un petit youtube  extra d’un happening musical avec philipp : http://www.youtube.com/watch?v=8ITj95vBtIM&feature=player_embedded#t=34

g_476561-300x2393418237_phil53

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«Philipp,  Artiste peintre et calligraphe, élève de nakasato senseï, (professeur decalligraphie japonaise et chinoise), s’inspirant de la nature, de la
philosophie, de l’Aïkido et de l’œuvre de Miyamoto Musashi (célèbre samouraïjaponais du XVII ème siècle). Expose à Paris, Bruxelles et au Japon, au Shimada
Art Museum, musée de Miyamoto Musashi, à Kumamoto, île de Kyushu, en mai 2010.
»

Fabrice Geffroy à l’ ASCR de Rennes

Fabrice Geffroy à l' ASCR de Rennes dans INTERVIEWS fabrice1

Je me ballade beaucoup d’une ville à l’autre, et de dojo en dojo. Aussi il ne m’est pas facile de garder une certaine cohérence, le risque de s’éparpiller étant grand, et de fait, de rendre ma progression difficile. Mon copain Fabrice De Ré, m’a donné le conseil suivant. Pour chaque ville ou région ou je passe régulièrement, essayer de trouver des senseis, qui vont dans le sens de ma recherche, ou de ma sensibilité, et garder ce socle, pour parfaire ma construction. Rien n’empêche, car telle est ma motivation, d’aller au-devant de nouvelles découvertes, mais il faut  bien à un moment que les choses se recentrent.

Sur Rennes, en Aikido, il y a du niveau et du choix, et Fabrice Geffroy  fait désormais parti de mon socle d’enseignants. Dans cette ville, j’ai la chance d’avoir aussi l’occasion de travailler avec mon ami Marc Gandolphe et Jean Paul Aufray, des enseignants formidables, et je continue de suivre leurs cours des que c’est possible. Il y en aurait d’autre à rencontrer, comme Gérard Dominé ou Jaff Raji. Mais, tachons de nous recentrer donc ;)

428132_290581564334484_827181755_nAvec Fabrice, j’ai trouvé un professeur  avec qui je sens un lien. La qualité de ces cours ,que j’ai eu l’occasion de suivre quelques fois, ses talents de pedagogue ,ses approches parfois peu académiques toujours pleines de sens, mais avec un travail de référence bien carré, son humour, et sa chaleur humaine font de lui un sensei aussi passionnant qu’attachant. A tel point que je lui ai demandé si nous pourrions l’invité pour un stage privé dans ma région. Une idée à creuser. Ce qui est sûr, c’est qu’au delà des qualités d’enseignant de fabrice, ce que j’aime chez lui, et c’est aussi ce que je cherche dans mes senseis, ce sont ses qualités humaines. Fabrice est attachant. Pas trés grand, un visage poupin, il montre  vite beaucoup d’assurance et de conviction, dans son propos comme dans ses gestes.  Il y a un mot que j’aime beaucoup en aikido. c’est le mot bienveillance. Cela caractérise bien Fabrice. Fabrice est dans l’humain,  pas dans une posture  ou dans le dogme. Il est un sensei libre, suivant Jaffe Raji, Tiki Shewan comme Toshiro Suga. C’est ce qui me plait chez lui. Respectueux des anciens, il pense aussi par lui-même, et trace sa voie. En cours avec lui, ‘on ressent aussitôt son désir de vous élever, avec gentillesse et  avec cette fameuse bienveillance qui m’est chère.

-AGT : Fabrice, la première fois que je t’ai rencontré ici à Rennes, j’attendais de rencontrer le prof dans les vestiaires , pendant que je m’habillais, et quand je t’ai vu entrer, j’ai eu honnêtement un doute, parce que, tu fais tres jeune, et je me suis demandé si c’était bien toi le professeur !

-Fabrice :  (rires), Oui cela m’est déjà arrivé figure toi, mais quand j’étais plus jeune quand même! Un soir (en début de saison) je suis rentré dans les vestiaires, je dis bonjour à tout le monde, les gens parlent entre eux, et là il y en a un qui dis “plus que 5 min avant le cours, et le prof n’est toujours pas arrivé, çà comment bien…”, je ne dis rien, je me rend sur le tatami, je salut respectueusement le dojo et le kamiza, et prend ma place sur le tatami dos au kamiza. Et là je vois les yeux pleins de honte dans cette personne en me voyant là en seiza.

- AGT : Tu es 4e dan et donc pourtant quelques années de métiers derrière toi ?

-Fabrice : (rires), Oui, mais je ne suis pas si jeune que cela… et j’ai 22 ans d’aikido.

-AGT : Question bateau, tu as découvert l’aikido comment ?

-Fabrice : J’ai fait un peu de boxe anglaise, et quelques expériences avec des copains. Et donc quand j’étais …plus jeune encore, j’avais vu une émission à la Tv sur l’aikido et son fondateur Morihei Ueshiba. J’avais trouvé ça sympa, mais sans plus. Et quelques années plus tard, je faisais du foot comme beaucoup, mais j’avais envie de faire autre chose, et  je suis tombé sur un club d’aikido à Rennes. Je suis allé voir et cela m’a rappelé cette émission tv vu quelques années auparavant. Voila,  je suis rentré dans le dojo , et j’en remercie mon enseignant de l’époque, Gerard Dominé, qui enseigne toujours ici à Chantepie, pour m’avoir donné la passion. Je l’ai suivi longtemps, jusqu’au deuxième dan.GG2

AGT : Et ensuite tu es passé à l’enseignement à ton tour ?  

FG : Gérard m’a offert l’opportunité de faire les cours enfants ici, puis j’ai repris le club quand il est parti pour Chantepie.  

AGT : Moi, qui aimerais bien enseigner un jour, j’aimerais savoir comment tu t’organises sur une saison pour tes cours ?

FG : J’ai un fil conducteur, que j’annonce en début d’année, avec deux ou trois grands thèmes. Ensuite j’adapte selon le niveau des pratiquants présents lors du cours, ainsi que selon les besoins spécifiques de chaque pratiquant, si je vois qu’ils ont besoin de combler certaines lacunes ou au contraire, aller plus loin dans le détail..  

AGT : tu n’ as pas de fait, un plan de cours définit …  

FG. Non, j’ai une trame. Je n’ai pas , comme on l’apprend pour le BF, un plan bien carré à la minute. Mon plan perso va bouger selon comment évolue le cours, je peux insister sur certains points selon des difficultés qui se présentent, selon les pratiquants présents.  

AGT : tu enseignes les armes ?  

FG : Je fais des cours « armes » et je les utilise aussi pour étayer mon propos, un point de détail ou une généralité, un mouvement…Il y a aussi les katas. Je travaille aussi le tanto, mais au dela de ce qu’on demande pour les passages de grades. Par exemple j’aime bien travailler tanto contre jo ou tanto contre bokken, pour travailler les distances,varier les angles.  

AGT : Il me semble que tu  suis Jaff Raji sur Rennes.

FG : Depuis deux ans, je le suis un peu moins, par manque de temps. Mais je continue de m’en inspirer énormément. Je suis aussi Toshiro Suga, régulièrement en stage. Il vient souvent sur la région, y compris à notre Dojo le 31 & 01 juin 2014.   

AGT : Qu’est-ce que t’apportent ces deux senseis ?  

FG : Jaff m’apporte beaucoup techniquement, il m’a donné beaucoup d’assurance , en moi, et aussi beaucoup sur le plan pédagogique, sur la façon de construire ses cours. Jaff les construits vraiment par rapport aux gens. Il sait que telle personne peut aller là, et il va l’y amener. Pas par rapport à un groupe mais de manière personnelle. Il fait évoluer les gens dans le groupe. C’est pour moi vraiment sa force. Toshiro lui m’apporte beaucoup sur le plan corporel. On ne fait de la technique pour la technique, mais selon son corps. Il n’utilise pas la technique de façon mécanique,on le voit lors des passages de grades, mais en fonction du corps de chacun. On ne fait pas tous le même poids, la même taille, etc …Donc inutile de copier coller le maitre, comme malheureusement on le voit trop souvent.Par exemple, on essaye trop de copier Maitre Tamura, avec des mouvements trés courts. Mais ces gens n’ont pas l’expérience, le parcours, le physique de maitre Tamura. La technique semble être là, mais on est que dans l’imitation. Il ne faut jamais imiter pour imiter. C’est pour cela qu’en début de saison, je fais beaucoup de travail de déplacement, prise d’angle, relâchement, ou la technique n’est qu’accessoire, un « moyen de ». Contrairement à une prepa grade, ou  la technique prévaut. Car on doit démontrer quelque chose, et ce n’est pas ce que je veux. Je veux que les gens apprennent à bouger, avant de se préoccuper des techniques.

ToshiroSuga2  256

AGT : Pourtant quand on débute, on se focalise la dessus. Le prof nous fait voir une idée sur Kote Gaeshi. On voit Kote gaeshi, et on pense à ses mains, à ses pieds, et le message on ne le voit pas de prime abord. J’ai entendu un débutant me dire il y a peu : « Avec l’aikido, si on t’agresse, tu peux te defendre avec quelques belles techniques ! ». Comme si l’aikido , c’était nikkyo ou shiho nage…

FG : Les principes, on les retrouve, me semble-t-il, dans tous les arts martiaux. Si tu n’as pas le bon timing, la bonne distance, le bon placement, tu ne pourras rien faire. Et ça que ce soit du karate, du judo ou de l’aikido.Ce sont ces grands principes qui sont primordiaux. Les techniques ne seront que le résultat. Si on ne sait pas bouger…

AGT : Tu aimes bien travailler physique aussi.

 FB : Oui, cela me semble important. On fait des chutes en série. Les ukemis  vont permettre de travailler le cardio, la souplesse, la densité, le placement, les hanches, la gravité, tout ce qui est essentiel dans les arts martiaux. Ce ne sont pas de simples roulades.  

AGT. Et à ce sujet, comment  prépares-tu à ce travail, en particulier pour les débutants qui sont souvent effrayés par les chutes avant ?

FG : En Occident, les chutes ne sont pas naturelles. On n’apprend pas à chuter. On a une appréhension du sol. Tout le monde sait sauter, mais personne ne sait retomber. Et tomber au sol, alors qu’on a déjà les pieds au sol parait toujours compliqué. C’est paradoxal mais…Il faut commencer bas, avec de bons appuis,puis on monte. Mais toujours par étape.

 

68027_1591804526172_1395819_nFabrice est à la FAAB, moi à la FFAAA. Pour moi , comme pour lui, aucune espèce d’importance, tant qu’on a envie de pratiquer. Fabrice a d’ailleurs occuper différentes fonctions au niveau de la ligue, mais il a souhaité redevenir libre, toujours au sein de sa fédé, pour ne plus s’embarrasser de « politique ». Ce 4e dan, a un sacré parcours. Elève de Jaff Raji, il suit de pres Toshiro Suga, 7e dan, à qui il a servi de UKE pour quelques DVD du sensei. il suit aussi Malcom Tiki Shewan et  même Christian Tissier ! La première fois que je l’ai rencontré , il a  souhaité voir, et c’est normal, si j’étais  en règle, niveau licence, à la vue de mon passeport FFAAA, il s’est ’ecrié « Ah non, dehors » suivit d’un grand éclat de rire! Non, je n’ai encore jamais eu de probleme interfédération, FAAB, FAA,iwama, etc, tout ça c’est hors sujet. Fabrice m’a toujours acceuilli avec  beaucoup de gentillesse. Merci Fabrice pour ton amitié!

 

 

 

 

 

A noter que sur le blog de Leo tamaki on trouve un article sur fabrice: http://www.leotamaki.com/article-6904532.html

  le site du club : http://www.aikido-rennes.fr/ tournage-suga-fabrice-15 dans mes dojos        

Ma soirée a Aikido club Guichennais

 

Ma soirée a Aikido club  Guichennais dans mes dojos img_1803-300x225

Guichen, c’est un petit village a 25mn de Rennes. Le rdv est pris avec Marc depuis Facebook, de longue date et celui-ci a accepté bien gentiment d’être mon premier sujet d’interview.  Mardi, 19H30, me voici au Dojo, vaste salle, grand tatami, direction les vestiaires. Marc arrive. On est vraiment content de se voir, en vrai et dans la vraie vie. C’est la magie de Facebook, quand elle est utilisée a bon escient.

  Durant l’échauffement, Marc met l’accent sur le travail des Ukemis, en souplesse, très bas,  avec du gainage, sans heurt, très inspiré   par le travail de Jaff Raji . Ca me plait beaucoup, c’est mon trip en ce moment. Puis le cours suit, avec beaucoup de bonne humeur et de sourires. On est très à l’aise ici, mais ca transpire aussi ! Marc insiste sur le travail de respiration pendant les chutes en particulier, moi qui travaille toujours en apnée, ça fait du bien. Puis au grès du cours, il divise les pratiquants, une bonne douzaine, en deux groupes : débutants et moins débutants.

img_18061-300x225 dans mes dojos

En fin de cours, son truc c’est de rassembler tout le monde autour de lui, en cercle. Il ne veut plus a ce moment de scission, genre un prof face aux autres en ligne. mais un cercle, celui de l’ aikido, ou on échange, il donne les infos pour les stages à venir, les prochains RDV, puis retour en seiza pour le salut final.

Enfin voilà le moment de l’interview,dans le  bureau, avec quelques bières fraiches, qu’il a eu la bonté d’amener pour cette occasion. Cette interview est d’ailleurs plutôt une conversation amicale, même si j’ai préparé quelques questions. J’avais prévu 15mn, on restera plus d’une heure à discuter…

img_1816-300x225Encore Merci Marc pour ta générosité et ta bonne humeur.

Marc, 3e Dan FFAAA ,enseigne ici le mardi et le vendredi à 19h30.

aikidoclubdeguichen.jimdo.com/

A noter :

 prochain Stage de ligue à BAIN DE BRETAGNE (35)

Animé par Catherine DAVID -dimanche 13 octobre

Et un Interclub :ARC Villejean animé par Gilles Rethel 6e dan et DTR Bretagne le 15 Novembre à 19H30a-diffuser-largement

Karibagwerihonane |
Golafootballblog |
Mhbc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | How you can improve your we...
| Methods to raise your web s...
| private Krankenversicherung...